L’analyse transactionnelle en coaching : comment la mettre en œuvre ?

analyse transactionnelle

L’analyse transactionnelle ou AT est un outil permettant au coach professionnel certifié de procéder sur trois domaines, à savoir : le renforcement de la qualité du rapport avec le coaché, la bonne compréhension des dynamiques émotionnelles et comportementales de ce dernier et la définition d’une méthode d’intervention donnant la possibilité de traiter les embarras généralement rencontrés en coaching comme la gérance de la conversion, la prise d’un nouveau poste, la gestion des conflits, le blocage affectif et la prise de décision.

Qu’est-ce, en effet, que l’analyse transactionnelle ?

L’analyse transactionnelle (AT), dans le domaine du coaching personnel et professionnel, est un précepte du comportement social et relationnel ainsi que de la personnalité. Elle a été conceptualisée aux Etats-Unis, dans les années 50, par le psychiatre Eric BERNE. Ultérieurement, de nombreuses personnalités mondialement connues dans la psychologie générale, le coaching et le développement personnel l’ont repris, complété et étendu. L’analyse transactionnelle relève de l’approche humaniste de la psychanalyse. Le fait que le spécialiste de l’accompagnement personnalisé l’utilise dans son accompagnement au changement n’est alors pas surprenant. En effet, le coach pro s’intéresse dans le fait de diriger son client vers plus d’autonomie, en veillant à ce que ce dernier y aperçoit lui-même ses propres solutions, par une meilleure connaissance de soi et de son propre fonctionnement.

Comment amener l’analyse transactionnelle en coaching individuel?

Nombreux sont les modèles et concepts qui composent l’analyse transactionnelle dont, entre autres, les positions de vie, la gestion du temps et les états du moi. Ces concepts seront proposés et expliqués au coaché, si le coach le juge important dans la réflexion de celui-ci. Ce dernier se verra alors fournir un outil de réflexion pour :

  • Saisir et réaliser lui-même ses propres outils d’expliquer les choses (avis contraignants, opinions et autres), le poussant à réaliser des actions et à prendre ses jugements.
  • Réaliser lui-même et saisir sa communication et ainsi, sa façon de communiquer, d’entrevoir sa connexion aux autres, isolément ou collectivement.

Un fait souvent constaté en séance, après échange à propos d’un concept « analyse transactionnelle », c’est un contrecoup déclic de la part du client. Néanmoins, la plupart du temps, c’est entre deux sessions que le coaché, pendant la conscientisation de son fonctionnement, va laisser «  imbiber » la notion lui sautant à la figure à partir du moment où il va constater des situations rencontrées dans sa vie et qui lui reverront l’évidence des situations qu’il peut provoquer.

L’analyse transactionnelle en coaching individuel : dans quelles contingences l’utiliser ?

En coaching individuel, l’analyse transactionnelle est utilisée un peu dans tous les cas, étant donné que nous évoquons une série de références spéculatives disposées à faire s’exposer l’interprétation de chacun, ou pas. L’analyse transactionnelle s’appose à tout ce qui touche le rapport en soi et/ou à l’autre. Dans le milieu professionnel, l’exercice d’une profession n’est pas uniquement la pratique d’une dextérité technique mais engage aussi un ressort relationnel. Tel dans le milieu personnel, s’initier à poser et penser une situation ardue, savoir faire le choix de son milieu relationnel, se connaître davantage sont de précieux privilèges. En milieu professionnel : un enseignant peut prodiguer son cours, que les élèves en soient attentifs ou pas, un thérapeute ou un infirmier peut considérer son patient comme un « objet à restaurer » et le soigner comme tel, un surveillant de prison peut n’avoir à faire qu’ouvrir et fermer la cellule, un industriel peut produire des automobiles dans des conditions conduisant ses travailleurs à se suicider. Mais ceux-ci peuvent également agir différemment, au profit de leurs élèves, patients, détenus et salariés. Ce sont à travers des « pathologies » sociales tels que le harcèlement moral et la maltraitance et autres que ces interrogations sont principalement accordées. Cependant, il est indispensable et incontournable que nous agissions sans attendre la pathologie, en prenant soin de nous.